Capsule Nairobi

 

En 2015, le wax devient un summum de la mode à travers le monde. Il porté par des fashionistas comme Lady Gaga ou Rihanna et utilisé par des modistes comme Burberry, Mary Katrantzou ou encore Agnès B.

 

 

L’histoire du wax remonte au XIXe siècle, lorsque les conflits qui secouent les Indes orientales néerlandaises poussent les Néerlandais à recruter des auxiliaires sur les côtes d’Afrique de l’Ouest où ils sont également installés. Ils recrutent des guerriers Ashantis en Côte-de-l’Or néerlandaise (actuel Ghana), pour les envoyer combattre à Sumatra et à Bornéo ; ces tirailleurs néerlandais reviennent au pays ou se font commerçants, emportant des batiks dans leurs malles.

 

 

Ces tissus plaisent énormément aux Ashantis. Les Européens voient alors dans cet engouement un moyen de commercer pacifiquement avec ces peuples guerriers. En Grande-Bretagne, des usines, s’inspirant de la technique du batik javanais, sont installées. Elles utilisent de la cire, « wax » en anglais.

 

 

Les Hollandais récupèrent l’idée et le nom, perfectionnent la technique, et lancent un commerce transcontinental. Les industriels européens s’implantent alors en Côte-de-l’Or, où les habitants apprécient leurs wax irréguliers, estimant les tissus plus vivants ainsi.