Capri

« Women think all the colors except the absence of colors. I have said that black has it all. It is the perfect harmony. »

– Coco Chanel –

Pour commencer, vous le prononcez mal. Cela se prononce CAH-pree, et non Cah-PREE (Ne vous inquiétez pas, Franck Sinatra aussi faisait l’erreur). La deuxième chose est que Capri, aussi petite soit-elle, accueille plus de personnes fabuleuses que n’importe quelle autre ville au monde : des américains que l’on appelle par leur prénom (Puffy, Mariah, Julia, Tom, Ofrah), des créateurs de haute-couture comme Valentino, Armani, Ferragamo ou encore Diego Della Valle de chez Tod’s ; ou des membres de la Royauté européenne, dont seuls les noms (Prince Lallo Caravita di Sirignano et Princesse Mafalda von Hessen) suffisent à nous rappeler notre simple condition.

A Capri, on pouvait aussi trouver la fashion set (Marisa Berenson, Penelope Tree et son petit ami, le photographe David Bailey) et son cortège de millionnaires (Philip Niarchos, Aristotle Onassis, Edmond et Lily Safra, Gianni Agnelli, Charles Revson et le Shah de Perse).

« C’était une époque folle », se remémore le créateur Valentino, qui, à la fin des années 60, acheta la Villa Cercola, une des plus anciennes Villas de Capri, où il séjourne toujours. « Tous les gens de la mode, les modèles, les stars de cinéma étaient présents, c’était une sorte de Dolce Vita ».


Tout le monde sur cette île sait ce qu’est et n’est pas « Capri », mais demandez-leur ce qu’est Capri et ils vous répondront à coup sûr par des déclarations composées d’un mot dénuées de sens : « Capri est harmonie ! », « Capri est l’absolu ! », et parfois, avec un accent italien chantant, « Capri c’est Capri ».

Notre modèle Capri est le sac à main qui relie le passé et le présent, le classique et le rock. Pour ce qui est de la taille, tout dépend de ce que vous comptez jouer et y mettre.