Une marque de luxe, un film culte : Rosebud, une ambiance vintage et intime

En 1940, dans un grand manoir de Xanadu, un homme meurt, seul, et dans son dernier souffle, murmure :

« Rosebud ».

 

Pourquoi Charles Foster Kane prononce-t-il ce mot ? Que cache Rosebud ?

C’est ce que nous cherchons à découvrir au travers du journaliste Thompson tout au long du premier film d’Orson Welles, Citizen Kane.

Par ce nom rétro, Armelle T.C. rend hommage au cinéma des années 40 et à cette ambiance vintage qui lui est chère. Mais Rosebud est aussi et surtout un mot qui nous parle à toutes.

Rosebud est un mystère. Un bouton de rose est fragile, il protège une fleur, un secret, une part de soi, quelque chose de beau, quelque chose de personnel. On garde toutes une part d’ombre, de fragilité, un morceau d’histoire, des secrets qui nous rendent toutes uniques.

Si, à la fin du film, Thompson ne parvient pas à dévoiler le mystère que cache Rosebud, nous, spectateurs, nous voyons brûler ce petit traîneau avec lequel le richissime Kane jouait, petit, quand ses parents prenaient la décision de l’envoyer dans une autre famille pour lui offrir une enfance à l’abri du besoin…

 

(Images tirées du film Citizen Kane, réalisé par Orson Welles, 1941.)